Bienvenue sur le site de l'APSMS, consultez les infos du monde d'après !

Santé et Société

Le site de l'association des Professeurs de Sciences Médico Sociales APSMS

Sciences médico-sociales
Pédagogie
Colloques
L'Association
L'Adhésion
Les Lettres
Les Revues
Edito
Santé publique
Vieillesse
Famille-enfance
Handicap
Exclusion
Protection sociale
Ville


En même temps, réformes du Secondaire et du Supérieur: quels impacts sur la série ST2S ?
Edito mai 2018 - Association des Professeurs de Sciences Médico-sociales

En même temps, la réforme du Bac 2021 marque son empreinte dans l'architecture du Secondaire associant filières Générale, Technologique et Professionnelle...les nouvelles ambitions ont été cadrées dès 2017, les acteurs interpellés, la méthodologie du changement précisée, le calendrier publié.
L'avenir du lycée s'inscrit pour ses auteurs dans le monde de demain et doit ignorer les résistances animées par la seule volonté du statu quo qui n'a jamais fait ses preuves. Un nouvel Etat providence est en construction, pas celui de l'assistance mais celui de l'accompagnement vers l'émancipation qui s'ajuste au profil de chacun !
C'est avec ce "regard jeune" qu'un parcours sera proposé dès l'entrée en classe de Seconde et précisé ensuite pour réussir son orientation, son projet éducatif et professionnel.

En même temps, la réforme de l'entrée dans l'Enseignement Supérieur doit se conclure par la fin du tirage au sort, de l'échec programmé et du coût exorbitant pour la collectivité, tous les bacheliers ont droit à une place mais celle qui correspond à leurs aptitudes, pas à leurs rêves. Il ne s'agit pas de sélectionner mais de cocher, dire "non" ou "oui si", c'est responsabiliser pour les auteurs de cette réforme les futurs adultes et mieux gérer l'offre des futures qualifications.
La raison positive se justifie alors pour conduire les bacheliers professionnels vers les STS, les bacheliers technologiques vers les IUT et les bacheliers généraux vers les Universités et Classes préparatoires, il ne s'agit pas de suivre un algorithme discriminatoire ou des critères injustes, seulement le parcours du candidat, sa série de bac et tout simplement ses notes !

En même temps la série ST2S va devoir s'adapter avec de nouvelles épreuves, de nouveaux programmes et avec des orientations impactées par les nouvelles modalités d'accès aux écoles de la santé et du social.
Après les réformes de 2009 et 2013, celle attendue en classe de première à la rentrée 2019 n'est présentée que comme un ajustement pour le Conseil supérieur des programmes dans un rapport publié début mai.

La série est confirmée dans son esprit mais aussi dans ses spécialités, la pédagogie reste inductive et les poursuites d'études orientées vers le domaine paramédical et social.
Des questions restent certes en attente comme la pérennité des activités interdisciplinaires, du projet technologique ou encore des activités technologiques en groupes à effectif réduit sans oublier le programme par exemple de STSS.
Ce nouveau programme se limitera t-il à s'ajuster aux épreuves en cours de formation ou encore au "Grand oral", sera t-il plus ambitieux ?

Des nouveaux défis se posent cependant comme les exigences disciplinaires pour mieux répondre dans le fond et la forme aux nouvelles attentes universitaires dans les IFSI et IRTS...
Il y a lieu aussi de prendre en compte dans tous les cas les nouvelles modalités d'accès aux IFSI dès l'année prochaine, une première sélection sur Parcoursup suivie d'une seconde avec un entretien... l'admissibilité à partir des résultats scolaires des candidats peut modifier les demandes des jurys, plus réceptifs à la diversité des profils et à des compétences comme l'autonomie, l'adaptabilité... Les Préparations aux concours devront dans tous les cas être revues avec la disparition des épreuves écrites d'admissibilité !
L'accès aux IFSI et IRTS inscrit sur la plateforme d'orientation post bac sera sans doute un appel supplémentaire pour des bacheliers généraux qui bénéficient a priori d'une bonne image auprès des évaluateurs !
Des conséquences pourront aussi être aussi perçues dans le choix des parents pour les spécialités de Première et dès la classe de Seconde, la série ST2S peut perdre son "image" comme filière préparant la réussite aux concours infirmier ou de travailleurs sociaux.

En même temps la série ST2S va devoir s'adapter aux nouvelles exigences de Parcoursup pour entrer à l'Université ou encore en STS où des places de plus en plus nombreuses sont réservées aux bacheliers professionnels titulaires d'un bac ASSP ou SPVL mais pas seulement !
L'université est souvent une année de transition pour nombre de nos bacheliers, Parcoursup exclura-t-il par principe les bacheliers technologiques de certaines UFR, notamment où la pression géographique est la plus importante ? Quelle sera la solution de remplacement pour ces lycéens sinon une école privée ?
L'absence de nouvelles offres en IUT et le moindre nombre de places pour préparer un BTS ESF ou SP3S sont aussi à considérer, situation déjà vécue dans certaines académies !

En même temps, la confiance doit rester la ligne stratégique de la série qui saura s'adapter comme elle l'a déjà faite dans le passé, rappelons qu'elle a des atouts forts comme l'offre d'emploi dans le secteur médico-social et sa capacité à innover pédagogiquement et à s'accaparer des évolutions technologiques comme le numérique...
Ses professeurs sauront relever le défi.