Santé et Société

Le site de l'association des Professeurs de Sciences Médico Sociales APSMS

Sciences médico-sociales
Pédagogie
Colloques
L'Association
L'Adhésion
Les Lettres
Les Revues
Edito
Santé publique
Vieillesse
Famille-enfance
Handicap
Exclusion
Protection sociale
Ville
Petite en moyens mais grande en ambition et... toujours là !
L'option Santé/Social

Edito octobre 2018 - Association des Professeurs de Sciences Médico-sociales


Il était une fois un enseignement qui avait tout des grands dans l'offre éducative des années 1980, du siècle dernier, du temps où il était une spécialité, où le baccalauréat était technicien, où la formation se préparait en trois ans avec une orientation dès l'entrée en Seconde, où l'examen permettait de poursuivre des études supérieures mais aussi d'entrer dans la vie active.
Le volume horaire hebdomadaire était de 11 heures associant plusieurs disciplines comme les sciences médico sociales, la biologie humaine mais aussi... le classement et la dactylographie.

Il était une fois un enseignement devenu option appelé à évoluer dès que le bac s'appela technologique, dès que la classe de seconde fut nommée de détermination générale et technologique, dès que l'orientation fut reportée en fin de seconde dès que la série suivie commença en classe de première.
Le volume horaire hebdomadaire passa alors à 8h puis à 4h puis à 3 h pour terminer à 1,5 h avec deux disciplines, soit 0,75h pour chacune d'entre elles afin d'explorer les grandes questions de santé et du social.

Il était une fois une option qui avait tout des petites dans l'offre éducative des années 2000, du nouveau siècle et qui avait perdu 9,5h en trente ans, soit 570 minutes d'enseignement hebdomadaire mais avec des objectifs rénovés et un programme nécessairement allégé.
En 1999, l'option STMS était de 3h élève de travaux dirigés avec comme objectif d'acquérir des connaissances et une démarche d'analyse, d'initier à la communication dans le secteur sanitaire et social, de faciliter les apprentissages du cycle terminal de la série SMS.
En 2010 l'option était de 1,5h et les objectifs d'acquérir des compétences à travers des questions sociétales pour construire une culture technologique et tester un projet d'orientation.
En 1999 le programme était construit autour d'un contenu et des compétences, en 2010 autour de questionnements, de notions et toujours de compétences.

Il était une fois un enseignement, une option qui avait gardé toute son attractivité pour les familles et les élèves souhaitant s'orienter vers les professions paramédicales et sociales, une porte d'entrée vers la série ST2S, vers une démarche technologique inductive et pragmatique.
A la rentrée 2016, ils étaient 24 362 élèves à l'avoir choisi avec ou sans Biotechnologies comme troisième option pour une trajectoire en classe de première ST2S mais pas seulement, d'autres se dirigeant vers ES (17%), S (14%) ou encore STMG (12,7%).
Si la volonté d'accueillir des publics diversifiés dans cette option n'a été que partiellement atteinte, le plus grand nombre de lycéens ont apprécié son programme, sa méthodologie pour qu'ils deviennent acteur à partir de recherches, de débats, de réalisation de projets sur des thématiques proches de leurs préoccupations.

Il était une fois un enseignement d'exploration appelé à redevenir une option avec la réforme du lycée en septembre 2019 avec un même volume horaire, un même partage entre deux disciplines et avec une même offre territoriale contrainte par la gouvernance rectorale, l'autonomie des établissements et l'attractivité des mêmes options générales menant aux spécialités littéraires, scientifiques, économiques et sociales, les silos ont disparu mais pas les parcours !
Il restera des objectifs similaires aux précédents, des questionnements comparables mais pour certains nouveaux et dans tous les cas actualisés, une démarche pédagogique semblable donnant toute autonomie aux formateurs dans leur choix des thèmes encore plus proches des préoccupations de leur territoire et toujours en transversalité avec les sciences humaines et sociales, biologiques, physiques...

Il restera des enjeux, ceux de préparer des lycéens vers des parcours sanitaires, éducatifs et sociaux exigeants, vers des diplômes universitaires et vers la construction d'un adulte, d'un futur professionnel curieux de son environnement, du changement social et convaincu de certaines valeurs qui dépassent son propre intérêt personnel !