Santé et Société

Le site de l'association des Professeurs de Sciences Médico Sociales APSMS

Sciences médico-sociales
Pédagogie
Colloques
L'Association
L'Adhésion
Les Lettres
Les Revues
Edito
Santé publique
Vieillesse
Famille-enfance
Handicap
Exclusion
Protection sociale
Ville
Réforme de l'entrée en IFSI

Entretien avec Stéphane LE BOULER,
Responsable de projet interministériel sur " l'universitarisation des formations paramédicales et de maïeutique "


Le nouveau dispositif d'admission en institut de formation en soins infirmiers (IFSI) entrera en vigueur début 2019.
Les concours seront supprimés, les vœux seront formulés sur Parcoursup et l'admission se fera sur dossier, avec le souci de préserver la diversité des profils, la qualité des recrutements et l'attractivité de la filière.
Les principales modalités ont été présentées par les ministres en charge de la Santé et de l'Enseignement supérieur le 5 juillet 2018, elles sont décrites dans le document "  Etudiants en soins infirmiers, un pas décisif vers l'université ". Stéphane Le Bouler, responsable de projet Universitarisation des formations paramédicales et de maïeutique, répond à nos questions.



APSMS : Pour les élèves qui choisissent la filière ST2S, l'orientation est dite positive car elle est liée à un projet professionnel mûri par des jeunes motivés. 25 % des admis en 1ère année IFSI sont issus d'un baccalauréat ST2S et poursuivent leur formation jusqu'à l'obtention du diplôme.
Un grand nombre d'élèves choisissent cette orientation dès la classe de seconde (option santé/social) pour entrer dans les IFSI. Les concours supprimés, comment s'effectuera la procédure sur Parcoursup ?
S.LE BOULER : Les vœux seront formulés obligatoirement sur la plateforme Parcoursup, comme pour toutes les filières, quels que soient les publics (néo-bachelier, étudiants en reconversion…) à l'exception des auxiliaires de puériculture et des aides-soignants, dont la voie d'accès spécifique est maintenue.
Pour tous les publics concernés par l'admission via Parcoursup, il s'agira de valoriser le parcours et les compétences, de façon adaptée à chaque profil. On comprend aisément qu'on ne saurait évaluer le parcours d'un professionnel en reconversion sur le fondement des seules performances scolaires, qui plus est si celles-ci sont éloignées dans le temps.
L'admission s'effectuera sur dossier : celui-ci contiendra les bulletins de notes, la fiche Avenir, le curriculum vitae, et d'autres éléments en cours d'élaboration. Les éléments - scolaires et non scolaires - seront appréciés par les équipes des IFSI pour aboutir à un classement des candidatures. Le travail est en cours pour ce qui concerne la construction de ce barème.


APSMS : Quelle sera la plus-value pour les étudiants qui viennent de faire leur rentrée dans les écoles préparatoires aux concours IFSI ?
S.LE BOULER : en 2019, les candidats valoriseront cette année préparatoire dans leur dossier  Parcoursup. Cette année de préparation pourra avoir comblé certaines lacunes, avoir apporté une meilleure connaissance du métier, avoir consolidé la construction du projet d'orientation...


APSMS : La diversité des profils d'accès aux IFSI sera-t-elle maintenue ? Ne craignez-vous pas qu'il soit donné une priorité pour le recrutement de profil type bac généraux ou PACES ?
S.LE BOULER : La diversité de recrutement sera maintenue. C'est un garde-fou essentiel dans la conduite de cette réforme. Cela passe par une attention toute particulière aux critères d'appréciation des dossiers évoqués ci-dessus. Cela passe aussi par l'accompagnement des parcours d'étudiants motivés mais pouvant présenter des fragilités dans tel ou tel domaine. Nous mettrons donc en place des dispositifs de consolidation de type " oui si ". Ils pourront être réalisés par l'IFSI lui-même ou par des structures extérieures en lien avec l'institut. Nous réfléchissons actuellement aux dispositifs en amont des candidatures qui permettraient aux candidats de renforcer leurs connaissances sur le métier, de mieux appréhender les attendus… Cela s'est fait en licence de droit sous forme de questionnaire d'auto-évaluation… . La motivation ou la présomption de motivation associée au parcours et aux performances scolaires sera appréciée plus finement. Certains lycéens conçoivent très tôt leur projet professionnel, c'est le cas dans les filières ST2S… et cela est évidemment un élément qui sera pris en considération.


APSMS : Que deviendront ensuite les écoles qui préparaient aux concours ?
S.LE BOULER : Il y a aujourd'hui des prépas intégrées au sein des IFSI, des prépas au sein des lycées publics ou privés sous contrat et des prépas commerciales. Une partie de ces structures ont vocation à constituer les dispositifs destinés à renforcer les compétences des candidats ou à proposer un " rehaussement " pour les non-admis, même si bien entendu il ne s'agira plus de préparer techniquement les épreuves d'un concours.


APSMS : Quels seront les partenariats du lycée avec les IFSI pour préparer l'orientation de l'étudiant et l'évaluation des dossiers ?
S.LE BOULER : Le barème fera l'objet d'un cadrage national, puis d'une déclinaison locale. Les instituts seront regroupés territorialement autour des universités pour examiner les dossiers et procéder au travail classique d'harmonisation.
Certaines équipes de lycées et d'IFSI travaillent déjà ensemble afin de consolider ou de renforcer les liens de coopération à tous les stades de la procédure, y compris évidemment en amont des candidatures, dans le travail de préparation de l'orientation.
Les équipes d'enseignants du secondaire, et notamment celles de filières technologiques qui connaissent bien les liens avec les IFSI, seront de plus en plus impliquées dans le parcours d'orientation des élèves. C'est un enrichissement de votre métier. Jusque-là tout reposait sur le concours et les dispositifs afférents de type prépas. Désormais, il  s'agit d'accompagner les élèves dans la durée et de le faire en consolidant les liens avec les équipes d'aval.
        

 Pour l'APSMS, Clotilde FURINI